Coronavirus : informations et recommandations pour les professionnels de santé

25/05/2020

Définition de cas, zones d'exposition à risque, distribution de masques, solutions hydro-alcooliques, renouvellement exceptionnel des traitements chroniques, volontariat, escroqueries... Synthèse des informations utiles aux pharmaciens concernant le Covid-19 (informations mises à jour le 25 mai).

Covid-19 gestes barrieres-affiche Santé publique France

Sommaire

 

Courrier d'Olivier VERAN aux professionnels de santé libéraux (27/03/2020)

 
Foires aux questions proposées par l'Ordre national des pharmaciens :

Pharmaciens d'officine

Pharmaciens hospitaliers

Pharmaciens de l'industrie

Pharmaciens biologistes médicaux

Pharmaciens de la distribution en gros
 
Compte tenu de la rapidité d'évolution de la situation, ces Foires aux questions sont régulièrement actualisées. Merci de bien tenir compte de la date de mise à jour mentionnée sur chaque page.

 

Définition de cas

  • Cas possible 

Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë avec une fièvre ou une sensation de fièvre. Pour plus d’information sur le tableau clinique compatible avec le COVID-19, veuillez consulter la fiche réflexe  de la mission COREB nationale. 

  • Cas probable 

a) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë dans les 14 jours suivant un contact étroit avec un cas confirmé de COVID-19, OU 

b) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë et des signes visibles en tomodensitométrie thoracique évocateurs de COVID-19.

  • Cas confirmé

Toute personne, symptomatique ou non, avec un prélèvement confirmant l’infection par le SARS-CoV-2. 

Source : Santé Publique France (dernière mise à jour le 1er avril 2020)

Retour au sommaire

Zones d'exposition à risque  

  • En France 

Actuellement, une transmission communautaire diffuse du SARS-CoV-2 est observée dans l’ensemble des départements français. 

  • A l’étranger

La situation épidémiologique internationale liée au COVID-19 est actuellement qualifiée de pandémique par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce qui conduit Santé publique France à considérer l’ensemble des pays étrangers comme des zones d’exposition à risque. Des informations détaillées sur l’intensité de la transmission du SARS-CoV-2 pays par pays sont disponibles dans les bilans quotidiens publiés sur le site de l’OMS .

Source : Santé Publique France (dernière mise à jour le 3 avril 2020)

Retour au sommaire

 

Masques  

  • Pour la distribution de masques en ville, consultez la stratégie  de distribution des masques aux professionnels de santé prioritaires.
      
  • Consultez également les Foires aux questions citées plus haut pour les questions pratiques relatives à l'approvisionnement, la distribution et l’utilisation des masques, spécifiques à chaque métier ou contexte d’exercice.

Retour au sommaire

____________________________________

 

Dernier message diffusé via le Dossier Pharmaceutique 

COVID - 19 : Informations des dernières 24h (19 mai 2020)

L'arrêté du 18 mai paru au JORF du 19 mai prolonge ou introduit plusieurs mesures liées à l'exercice pharmaceutique.

1. SOLUTIONS HYDROALCOOLIQUES

La possibilité de préparation par les officines et les pharmacies à usage intérieur (PUI) des solutions hydro-alcooliques, en cas de rupture de leur approvisionnement, est prolongée jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire (10 juillet inclus). 

L'étiquetage doit préciser " La concentration en substance active exprimée en V/ V " au plus tard pour les lots fabriqués à partir du 31 mai 2020.

2. RENOUVELLEMENTS EXCEPTIONNELS

Le renouvellement des traitements chroniques sur ordonnance renouvelable expirée est prolongé jusqu'au 11 juin 2020 (y compris pour les stupéfiants, hypnotiques ou anxiolytiques) lorsqu'un patient est dans l'impossibilité de consulter son médecin.

Le renouvellement exceptionnel des dispositifs médicaux et prestations relevant de la LPP est également prolongé jusqu'au 11 juin 2020.

Concernant le renouvellement des TSO (méthadone et buprénorphine), à défaut de durée spécifiée et sauf contre-ordre (abrogation ou modification des textes) ces mesures restent applicables sur toute la durée de l'état d'urgence sanitaire (10 juillet inclus). 

Pour en savoir plus : http://www.cespharm.fr/Prevention-sante/Catalogue/Covid-19-Dispositif-derogatoire-au-renouvellement-exceptionnel-a-l-officine

Maintien du circuit dérogatoire lorsqu'un patient est dans l'impossibilité de se déplacer dans les locaux de la PUI pour se procurer un médicament dispensé en rétrocession (sans limitation de durée spécifiée donc également jusqu'au 10 juillet inclus). 

Pour en savoir plus : http://www.cespharm.fr/fr/Prevention-sante/Catalogue/Covid-19-Traitements-chroniques-dispenses-par-les-PUI-mise-a-disposition-des-patients-fiche

3. TELESOIN

Les pharmaciens d'officine peuvent réaliser à distance par télésoin des actions d'accompagnement : 

  • des patients sous traitement anticoagulant oral par anticoagulants oraux directs ou par AVK 
  • et des patients sous antiasthmatiques par corticoïdes inhalés ainsi que des bilans partagés de médication. 

La pertinence du recours au télésoin est déterminée par le pharmacien. Ces actions de télésoin sont réalisées par vidéotransmission. Elles sont conditionnées à la réalisation préalable, en présence du patient, d'un premier entretien de bilan de médication ou entretien d'accompagnement d'un patient atteint d'une pathologie chronique par le pharmacien. Pour les patients présentant une perte d'autonomie, la présence d'un aidant est requise.

4. OXYGENE

En cas de difficulté d'approvisionnement en concentrateur d'oxygène individuel la source d'oxygène pour le forfait hebdomadaire " 1128104-Oxygénothérapie à court terme, OCT 3.00 " peut être remplacée par : 

  • Des bouteilles d'oxygène gazeux avec mano-détendeur et débitmètre adapté aux besoins du patient ; 
  • De l'oxygène disposant d'une autorisation de mise sur le marché à l'aide de bouteilles, à partir d'un réservoir d'oxygène liquide de contenance inférieure à 60 litres ; 
  • De l'oxygène liquide issu du fractionnement par une structure dispensatrice d'oxygène à domicile, à partir d'un réservoir fixe ou mobile rempli ou mis à sa disposition par un établissement pharmaceutique de fabrication de l'oxygène médicinal ; 
  • Une bouteille d'oxygène gazeux, dans l'hypothèse où le concentrateur est en panne, et en tant que source de secours ; 
  • Des bouteilles d'oxygène gazeux en tant que source mobile pour permettre la déambulation. 

Cette substitution est subordonnée à l'accord préalable du prescripteur et à l'information du patient. Les produits ou les prestations délivrés sont pris en charge par les organismes d'assurance maladie dans les conditions du droit commun. 

5. MASQUES

L'arrêté reprend les principes de distribution gratuite des masques du stock d'Etat détaillés dans le DGS URGENT 2020-INF-33 et la fiche disponible en permanence au lien suivant : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/

Sources : 

Consultez les Foires aux Questions  citées plus haut.

Retour au sommaire

_______________________________________ 

 

Renouvellement exceptionnel de traitement chronique par les pharmaciens d’officine et de PUI

  • Depuis le 15 mars 2020 les pharmaciens d’officine sont autorisés à étendre le renouvellement d’une ordonnance expirée dans le cadre d’un traitement chronique. Le dispositif a ensuite été précisé et élargi concernant les médicaments hypnotiques, anxiolytiques, traitements de substitution aux opiacés, stupéfiants et assimilés et certains produits de la LPP. 

    Un arrêté du 18 mai prolonge ces mesures jusqu'au 11 juin 2020 lorsqu'un patient est dans l'impossibilité de consulter son médecin (hormis pour les traitements de substitution aux opiacés pour lesquels la dérogation est sans limitation de délai pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire à savoir jusqu’au 10 juillet inclus). 

Pour en savoir plus : consulter la fiche sur le dispositif dérogatoire au renouvellement exceptionnel à l'officine.
 

  • Depuis le 24 mars 2020, les patients dans l'impossibilité de se déplacer dans les locaux de la pharmacie à usage intérieur (PUI) où ils récupèrent usuellement leur traitement peuvent se le faire acheminer en pharmacie d'officine.

    Un arrêté du 18 mai prolonge ces mesures sans limitation de délai pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire (prolongé par la loi du 11 mai 2020 jusqu’au 10 juillet inclus). 

Pour en savoir plus : consulter la fiche "Traitements chroniques dispensés par les PUI - Mise à disposition des patients

Retour au sommaire

   

Solutions hydro-alcooliques

Pharmaciens d’officine et de PUI : 

Depuis le 7 mars 2020, les pharmaciens d'officine et hospitaliers peuvent préparer eux-mêmes des solutions hydro-alcooliques, conformément aux recommandations de l'OMS, en cas de rupture de leur approvisionnement. Cette possibilité est reconduite au delà du 31 mai 2020. 

Attention l'étiquetage doit désormais préciser "La concentration en substance active exprimée en V/V" au plus tard pour les lots fabriqués à partir du 31 mai 2020.

Consultez la FAQ officine ou PUI pour toutes les questions pratiques relatives aux gels et aux solutions hydro-alcooliques. 
 

Pharmaciens industriels : 

Depuis le 14 mars 2020, les établissements pharmaceutiques de fabrication de médicaments à usage humain sont autorisés à réaliser des solutions hydro-alcooliques.
Le 21 avril cette dérogation a été reconduite jusqu’au 1er septembre 2020.

A noter : l'étiquetage doit préciser "la concentration en substance active exprimée en V/V” au plus tard pour les lots fabriqués à partir du 31 mai 2020.

Consultez la FAQ industrie pour les questions spécifiques à la préparation des SHA par les industries de santé. 

Retour au sommaire

Dépistage

Pour rappel, à ce jour [28.04.2020], les textes en vigueur ne permettent pas la réalisation des TROD en officine. Attention, des entreprises peu scrupuleuses démarchent de façon frauduleuse des pharmacies afin de proposer des autotests CODIV-19 non marqués CE.

Retour au sommaire

 

Alerte à escroqueries grâce à usurpation d’identité

La Direction Centrale de la Police Judiciaire a constaté de nombreuses escroqueries visant notamment des pharmacies sous le prétexte de la crise sanitaire du Covid-19. En effet, des groupes criminels organisés ont profité du début de la crise pour usurper l’identité de sociétés produisant ou distribuant des masques de protection et du gel hydro-alcoolique et cibler de nombreuses pharmacies afin de les inciter à effectuer des commandes et des paiements sur des comptes bancaires français ou étrangers.

Selon INTERPOL, plus de 2.000 bannières publicitaires en lien avec le Covid-19 ont été recensées sur Internet, proposant principalement des masques et des gels hydro-alcooliques contrefaits et/ou de mauvaise qualité.

En cette période de confinement et de télétravail, les entreprises, n’ayant pas l’habitude d’appliquer le travail à distance, sont rendues vulnérables aux éventuelles fraudes. En effet, les process habituels mis en place au sein des sociétés pour lutter contre les fraudes financières, dont celle au changement de relevé d’identité bancaire, se trouvent désorganisés. Les fraudeurs peuvent profiter de cette situation de crise sanitaire pour s’immiscer dans les chaînes de paiement des entreprises et percevoir des virements à leur insu.

Manière d'opérer :

Le ou les auteurs usurpent l'identité de sociétés produisant ou distribuant masques ou gel. Ils contactent les pharmacies afin de leur proposer de passer une commande. Ils profitent de cette période engendrant troubles et stress pour manipuler leur interlocuteur. Les paiements sont effectués sur des comptes bancaires français ou étrangers. Bien sûr, les clients ne sont jamais livrés.

Quelques conseils pour se prémunir de ces escroqueries :

  • ne répondez pas directement aux sollicitations, contactez votre fournisseur par le biais habituel ;
  • vérifiez l'identité de la personne (morale ou physique) qui se présente à vous ;

En cas de sollicitation malveillante :

  • procédez à un signalement sur la plateforme PHAROS
  • contactez la société usurpée afin de les informer.

L’Ordre appelle les pharmaciens à la vigilance en cette période délicate, en matière de référencement.Il est rappelé également que depuis le 4 mars 2020, les stocks de masques de protection respiratoire de type FFP2 ont été réquisitionné par le gouvernement : il est donc impossible de s'en approvisionner et leur vente est à l'heure actuelle interdite en officine.

 Retour au sommaire

 

Volontariat

Possibilités pour un diplômé ou un étudiant en pharmacie d’assurer une mission de renfort  

De nombreux confrères ou étudiants se sont manifestés auprès de l’Ordre en proposant leurs services afin d’aider des pharmaciens. L’Ordre salue ce volontariat qui peut prendre 3 formes différentes :
 

1-  Reprendre un exercice pharmaceutique ou de biologie médicale

L’inscription est conditionnée à l’exercice dans une structure autorisée. En l’absence d’activité prévue, l’inscription au Tableau n’est pas possible.

Aucune mesure dérogatoire pour l’exercice pharmaceutique ne s’applique à ce jour dans le cadre de la crise “covid 19”. Cet exercice nécessite donc d’être inscrit au Tableau de l’Ordre afin de garantir les conditions de diplôme, de compétence, de moralité, d’indépendance.

Qu’il s’agisse d'une première inscription ou d’une réinscription au tableau de l’ordre, la demande est à adresser à : 

Pour un exercice en France métropolitaine

 
Pour les pharmaciens de l’Outre-mer, tous métiers confondus : webe@ordre.pharmacien.fr  

La liste des pièces à founir est disponible sur le site Internet de l’Ordre des pharmaciens, en fonction du métier exercé et/ou du lieu d’exercice.

Le Conseil saisi d'une demande d'inscription pourra notamment souhaiter vérifier l’actualisation des connaissances à l’appui de justificatifs à fournir (en cas de radiation de longue date notamment) (cf. article L. 4231-1 et R. 4222-4-1 II du code de la santé publique).
 

2- S’inscrire dans la réserve sanitaire ou tout autre volontariat lorsqu’on est pharmacien ou étudiant en pharmacie

Jusqu’à nouvel ordre, en raison d’un afflux important de volontariat, le site de Santé Publique France (SPF) informe que les nouveaux dossiers de réservistes sanitaires pharmaciens ne peuvent être constitués. 

Bien que les inscriptions dans la Réserve sanitaire soient reportées, SPF demande de privilégier le dispositif spécifique mis en place par le Ministère des Solidarités et de la Santé jusqu’à nouvel ordre. Ainsi, tous les professionnels de santé en activité (salarié, libéral), sans emploi ou retraités, volontaires pour renforcer le système de santé dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 doivent se faire connaître en s’enregistrant via le formulaire du Ministère des Solidarités et de la Santé.

Cliquez ici pour accéder au formulaire

Par la suite, le pharmacien pourra être mobilisé :

  • par l’agence régionale de santé pour venir en renfort dans sa région ;
  • par le Ministère des solidarités et de la santé pour venir renforcer les équipes soignantes des régions fortement impactées par l’épidémie de coronavirus (Covid-19)

En tout état de cause, il est rappelé que les professionnels, souhaitant exercer de manière effective la pharmacie ou la biologie médicale, doivent être inscrits au Tableau de l’Ordre (voir plus haut). Les étudiants ne pourront exercer des responsabilités pharmaceutiques qu’en conformité avec les textes en vigueur.

En savoir plus : L'inscription au tableau de l'Ordre - site Internet de l'Ordre national des pharmaciens
 

3- Etre bénévole dans un établissement public ou privé

Le bénévole est la personne qui apporte son concours à un établissement à l'occasion d'activités diverses dans le cadre de la réalisation d'un service public mais également dans des situations d'urgence. Le bénévole est donc la personne qui, en sa seule qualité de particulier, apporte une contribution effective et justifiée à un service public, dans un but d'intérêt général, soit concurremment avec des agents publics, soit sous leur direction après réquisition ou sollicitation, soit spontanément. 

Le volontaire doit alors signer une convention dont le modèle est fixé page 13 du document : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/modalites-renfort-rh-covid-19.pdf

  Retour au sommaire

Continuité des soins hors Covid-19

L’ensemble des métiers de la pharmacie est fortement mobilisé depuis le début de l’épidémie pour répondre aux besoins de prise en charge des patients atteints de Covid-19. 

Néanmoins certains soins et examens doivent impérativement être maintenus, tant en ville qu’à l’hôpital, car ils sont indispensables au regard des besoins de santé de la population. 

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a publié plusieurs documents de cadrage dont une fiche apportant des orientations générales concernant le maintien du suivi et de la prise en charge des soins hors Covid-19 dans un contexte de confinement et de forte mobilisation des professionnels de santé. 

Cette organisation concerne les patients atteints d’une maladie chronique ou de troubles psychiatriques, les femmes enceintes et les jeunes enfants, les personnes âgées ou en situation d’obésité...

Si la continuité de l'approvisionnement en médicaments est assurée par l’engagement des pharmaciens de l’industrie et de la distribution en gros, les officinaux, pharmaciens hospitaliers ou biologistes médicaux sont mobilisés auprès des patients pour qu’il n’y ait aucun renoncement aux soins indispensables : 

- Maladies chroniques : 

  • Les examens biologiques indispensables au suivi doivent être réalisés. 
  • Des dispositions dérogatoires permettent le renouvellement exceptionnel des traitements chroniques dont notamment les TSO (article 4 de l’arrêté du 23 mars 2020).

-  Le renouvellement de la PrEP, lorsque la consultation médicale de suivi n’est pas possible, peut faire l’objet d’une délivrance dérogatoire par une pharmacie d’officine pour une période d’un mois, sur présentation de la précédente ordonnance périmée, dans les conditions fixées par le texte sur les renouvellements exceptionnels.

Ces mesures sont synthétisées dans deux fiches mémos portant respectivement sur le dispositif dérogatoire au renouvellement exceptionnel et les dispensations dérogatoires ou encadrées de médicaments et de dispositifs médicaux à l'officine.

Prévention :

En termes de vaccination, la HAS considère qu’il est primordial de maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons (Avis du 1er avril 2020 ). En revanche, elle estime que les autres vaccinations recommandées en population générale au-delà de l’âge de 2 ans peuvent être différées jusqu'à la levée du confinement, à l’exception des situations où la vaccination autour des cas ou en post-exposition est indiquée (rougeole, méningite, coqueluche, varicelle, etc.). 

Accès facilité : 

- Pour les médicaments dispensés au public en PUI (rétrocession), les patients dans l'impossibilité de se déplacer dans les locaux de la PUI où ils récupèrent usuellement leur traitement peuvent se le faire acheminer en pharmacie d'officine via le circuit des grossistes-répartiteurs. Le Ministère des Solidarités et de la Santé a mis à disposition sur son site une fiche expliquant ce dispositif réservé au renouvellement par les PUI des médicaments rétrocédés y compris ceux sous ATU.

- Pour les troubles psychiques, les prescriptions et modifications de traitement peuvent être adressées par fax/mail au patient ou directement aux pharmacies des patients, avec copie au médecin traitant, permettant d’assurer une bonne"réactivité".

- L’accès à la naloxone  a été renforcé pour les patients à risque.

Contraception/IVG :

- La délivrance des contraceptifs est possible sur la base d'une ordonnance périmée. La contraception d’urgence demeure accessible en pharmacie, avec gratuité et anonymat pour les mineures.

- L’accès à l’IVG médicamenteuse hors établissement de santé a été étendu jusqu’à 9 semaines d’aménorrhée avec délivrance en pharmacie d’officine des médicaments nécessaires.

 Retour au sommaire

 

Informations de référence et outils de communication

        Dernières informations publiées :